INFORMATION FACTURATION

Les factures de la saison 2022 ont été envoyées à tous les membres de l'ASA.

Suite à un problème technique subit par les services du Trésor Public, nous vous informons que le paiement via PAYFIP (paiement en ligne) est indisponible pour le réglement de vos factures.

Vous pouvez régler vos factures :
- par chèque à adresser directement au centre des finances publiques de Lille (adresse sur votre facture) ;
- par TIP accompagné d'un RIB
- par carte bancaire en vous rendant chez un buraliste agréé

Nous nous excusons pour la gêne occassionnée et vous remercions de votre compréhension.

1853 - 1869 : Construction du Canal de Carpentras

Au début du 19ème siècle, le Comtat Venaissin était une zone très aride où la diversité des cultures agricoles existantes, restaient sans défense devant les grandes sécheresses.

C’est à l'initiative du Conseiller Général Pernois, Louis Giraud (1805 – 1883), que la dynamique départementale de distribution de l’eau pour l’agriculture s’est concrétisée. Il fut, en effet, l’instigateur et le créateur du Canal de Carpentras.

L’Association du Canal de Carpentras sera créée par décret impérial le 15 février 1853 et la construction du projet mettra 16 ans à se réaliser.

Le canal a donc été construit sur les contreforts des Monts du Vaucluse, du Ventoux et des Dentelles de Montmirail, de manière à dominer les plaines du Comtat. Pour amener les eaux de la Durance jusqu’à la plaine du Comtat, le canal de Carpentras a utilisé le tracé de canaux préexistants. L’Association du Canal de l’Isle sur la Sorgue, créée précédemment par décret de 1849, avait déjà été autorisée à se servir d’une partie de l’assise du canal de Cabedan-Neuf pour le passage de ses eaux.

Le Canal de Carpentras fut, à son tour, autorisé à utiliser l’assise du Canal de Cabedan-Neuf et du Canal de l’Isle pour l’acheminement des eaux destinées à l’irrigation de la plaine du Comtat.

Administrativement, ce rapprochement hydraulique a été pris en compte par l’arrêté préfectoral du 1er juin 1853 qui a organisé un "Syndicat Mixte de Gestion" de ces diverses structures chargé de la gestion de la partie des canaux devenue commune et qui porte le nom de "L'Union du Canal Luberon Sorgue Ventoux".

P1210488

Dès 1975 : début de la modernisation et des extensions

Dès la construction du Canal en 1853, les irrigations gravitaires se sont développées sur l’ensemble de la plaine comtadine à partir des canaux à ciel ouvert. La partie du Comtat desservie par le Canal de Carpentras est rapidement devenue une zone très prospère.

Pendant ces 160 ans d’existence, les modes de vie et les pratiques culturales ont fortement évolué, confrontant le Canal à un nouveau contexte socio-économique. Les gestionnaires du canal ont donc dû s’adapter à ces nouveaux enjeux et répondre favorablement aux attentes des usagers du territoire desservi par le Canal.
Ainsi, dès les années 70-80, les gestionnaires du Canal se lancent dans :

- La modernisation des réseaux gravitaire : Les canalisations sous pression vont peu à peu remplacer les traditionnelles filioles en terre. L’irrigation gravitaire cède progressivement la place à l’irrigation sous pression par l’aspersion et le goutte à goutte.

- L’extension des réseaux sous pression : Les progrès technologiques en matière d’irrigation offrent désormais la possibilité d’irriguer sous pression. De nouveaux territoires, pour la plupart en pénuries, ont donc pu bénéficier d’un accès à l’eau d’irrigation transitant dans le Canal de Carpentras. Deux principaux territoires sont desservient :

  • Les Coteaux de la Nesque dont lextension a été entrerpis dès 1975. Le réseau d'irrigation dessert aujourd’hui les communes de Pernes-Les-Fontaines, Saint Didier, Mazan, Malemort du Comtat et Venasque, soit 1 250 ha.
  • Les Terrasses du Ventoux dont les travaux ont démarrés en 1985, desservent 1 800 ha et s’étendent sur les communes de Carpentras, Mazan, Mormoiron, Villes sur Auzon, Blauvac, Méthamis, Flassan, Aubignan, Caromb, Saint Hippolyte, Modène, Saint Pierre de Vassols, Crillon le Brave et Bedoin.

1955 : Aménagement hydroélectrique de la Durance


C’est dans les Hautes-Alpes, à 2 390 m d’altitude, qu’il faut chercher la principale origine de l’eau qui coule dans le réseau de l’ASA du canal de Carpentras. La Durance y prend en effet naissance sur les pentes du Sommet des Anges près de la frontière italienne.
L’idée de créer un barrage pour faire face aux crues dévastatrices de cette belle et capricieuse rivière et pour soutenir les besoins en eau d’irrigation de la Basse Durance en périodes de sécheresse naît au milieu du 19ème siècle. Un ingénieur des ponts et chaussées, Ivan Wilhem va, dès 1912, démontrer l’intérêt de l’ouvrage et étudier sa faisabilité.


La construction du barrage de Serre-Ponçon, qui sera confiée à EDF, ne débutera qu’en 1955 pour s’achever 6 ans plus tard. Avec ses 28 km² et 1,2 milliards de m3 de réserve, le lac de Serre-Ponçon fait partie des plus grandes retenues artificielles d’Europe. Sa particularité est d’être un barrage en terre, ce qui lui confère une grande résistance aux crues et aux séismes.
La présence du barrage assure au canal de Carpentras et autres canaux de basse Durance, une grande sécurité dans l’approvisionnement en eau, depuis plus de 50 ans. En effet, 200 millions de m3 sont réservés pendant la période estivale à l’irrigation du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. Lorsque le débit naturel du fleuve devient trop faible, la retenue prend le relais pour l'irrigation des cultures.

2005 : Lancement de la démarche de Contrat de Canal

Depuis 2005, le Canal de Carpentras s’est lancé dans une démarche innovante : le Contrat de Canal.

Cette démarche réunit les acteurs du territoire concernés par la gestion du canal pour définir ensemble les objectifs de l’ASA pour les années à venir, et répondre aux besoins du territoire et de ses habitants. Ce premier contrat de canal,autour duquel 56 partenaires se sont engagés, liste un programme de 74 opérations à réaliser sur la période 2012-2017.

La démarche contrat de canal développée par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée & Corse et soutenue par les autres partenaires, dont notamment le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur et le Conseil Général de Vaucluse, est apparue comme un outil permettant de mettre en place une gestion plus concertée des ouvrages, de la ressource en eau et des usages.

  • 1
  • 2