Réduire l’utilisation des produits phytosanitaires : mise en œuvre et conséquences

 

Pour mener à bien le plan de réduction de l’entretien chimique des filioles, l’ASA doit compenser par une augmentation de l’entretien mécanique. Cette transition demande des compétences et du matériel adapté.

C’est pourquoi, un conducteur d’engins a été recruté en 2016 et des investissements dans du matériel de fauchage et débroussaillage, ont été réalisés en 2017, pour un montant de 200 000 € HT et financé à hauteur de 80% par le conseil Régional et l’Agence de l’eau :
- Débrousailleuses ;
- Tracteur, type porteur aménagé pour installer des groupes de fauchage ;
- Outils de fauchage et débroussaillage sur porteur (épareuse, broyeur, …)
- Equipements de protection individuelle (pantalon anti coupure, masque/visière, lunette, gants, casque anti bruit, …)

L’entretien manuel et mécanique des filioles demande un travail beaucoup plus important d’un point de vu physique pour les agents de terrain, et prend beaucoup plus de temps pour obtenir un résultat satisfaisant. En effet, sans produits phytosanitaires la fréquence des coupes de végétaux dans les filioles a été multipliée environ par 3. Les gestionnaires de l’ASA envisagent, en plus de continuer à investir dans du matériel spécifique, de bétonner certaine portion de filiole(s) pour limiter les fréquences de coupe et alléger le travail des agents.

 

Chiffres clés de la démarche

 

En 2016 et 2017, deux secteurs gravitaires du canal sont passés en « zéro phyto ».

A l’échelle du Canal de Carpentras, l’objectif de départ (réduction de 50% du linéaire traité chimiquement), a largement été dépassé avec une baisse de 70% du linéaire de filioles traitées chimiquement en 2014 qui ne le sont plus en 2017, ce qui représente un linéaire total de 98 km.

L’ASA va continuer, dans les années à venir, de poursuivre progressivement cette démarche de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires sur les autres secteurs de son réseau gravitaire.

 

Le Contrat de Canal à l’initiative de la réduction des produits phytosanitaires

 

Compte tenu du contexte règlementaire (Plan Ecophyto 2018), de l’impact négatif potentiel de l’utilisation de ces produits phytosanitaires sur la santé des gardes des canaux et sur la qualité de l’eau transitée, l’ASA a décidé de s’intéresser à sa politique d’entretien des canaux et a souhaité agir sur cette thématique.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Contrat de Canal de 2012 à 2017, une opération a été prévue au sein du « volet environnemental » dans la perspective de mandater un bureau d’études pour réaliser un diagnostic des pratiques d’entretien des canaux et de leurs impacts. Suite à cette étude en 2014, l’ASA a élaboré en 2015 un plan de réduction de l’entretien chimique des filioles, dernières zones traitées chimiquement, les réseaux principal et secondaires ayant déjà fait l’objet d’une politique de non traitement par le passé.

L’objectif est de réduire de moitié le linéaire total de filioles faisant l’objet d’un traitement chimique d’ici 2020.